,

Sophie Vouzelaud, 1ère Dauphine Miss France 2007, ouvre le premier café signes de Nouvelle-Aquitaine

Le premier café signes organisé à Saint-Junien a démontré que sourds et entendants ont envie de se rencontrer.

Sophie Vouzelaud

La France l’a découverte il y a bientôt dix ans, alors qu’elle participait à l’élection Miss France 2007 et est devenue première dauphine.

Déterminée à faire avancer les choses, Sophie Vouzelaud n’a depuis jamais cessé son combat en faveur des malentendants dont elle est devenue la porte-parole. Mannequin, actrice, ambassadrice d’une banque et marraine de la SPA de Limoges, la jeune femme trouve aussi du temps pour mener des actions dans sa région. Il y a quatre ans, elle met en place «un café signes» à Limoges avec son amie Anne-Marie Roca.

C’est un remarquable défi que Sophie Vouzelaud et Anne-Marie Roca ont relevé. Le premier café signes organisé à Saint-Junien a démontré que sourds et entendants ont envie de se rencontrer.
Le plus surprenant pour l’entendant qui franchisait vendredi soir la porte de la salle des fêtes, c’était le silence qui régnait dans une salle comble.

À la découverte d’une langue nouvelle
Ici au « café signes », on ne crie par, on se regarde, ont s’observe. Les entendants et les sourds se rencontrent, et les premiers découvrent un univers qu’ils ne connaissent pas mais qui semble les séduire déjà. « Je suis venue par curiosité, indique Michelle, je voulais rencontrer Sophie mais aussi comprendre ce qu’est l’univers des gens sourds. Je trouve que c’est formidable, non seulement c’est apaisant, il y a peu de bruit, mais c’est passionnant. Je ne connaissais rien au langage des sourds et ce soir je vais rentrer chez moi avec quelques mots appris grâce à Anne Marie Roca mais surtout une autre façon de comprendre le monde. Le langage des signes me semble passionnant, c’est un mode d’expression créatif. Il semble être perpétuellement en évolution, je trouve cela fascinant ».

Un lieu de rencontres de toutes catégories sociales
Pour l’occasion, tout le monde a apporté quelque chose à manger ou à boire et participe aux animations imaginées par Sophie Vouzelaud et Anne-Marie Roca. Des jeux de mimes permettent de partager d’excellents moments, de rire, de s’ouvrir à l’autre. «Le café signes est ouvert à tous, martèle Anne-Marie Roca, et beaucoup de gens viennent de loin. Nous avons des participants qui sont venus d’Angoulême, d’autres qui sont de Bordeaux et qui ont poussé la porte. Des gens de Limoges sont là aussi. Beaucoup de personnes sourdes ont fait le déplacement depuis Limoges mais nous sommes très heureuses Sophie et moi d’accueillir autant de gens de Saint-Junien qui montrent l’intérêt qu’ils portent à cette initiative. Ce qui est extraordinaire c’est que nous réussissons à transcender les couches sociales, tout le monde est bienvenu et cela se sent.

Au bout de quelques minutes seulement, tout le monde participe.
Pour cette première édition, nous avons décidé de jouer ensemble, mais lors des prochains rendez-vous nous mettrons l’accent sur la santé, l’information en tous genres et nous y réfléchissions. Prochain rendez-vous le 24 mars. Le prochain rendez-vous aura lieu le 24 mars, toujours à partir de 19 heures, dans la salle des fêtes de Saint-Junien, de nouveaux jeux seront prévus, ainsi qu’une rencontre d’informations avec un médecin sur le cancer du sein. Au café signes, le bonheur de se rencontrer est la règle d’or..

Retour sur son parcours
Sophie Vouze­laud est née le 21 juin 1987 à Saint-Junien en Haute-Vienne. A sa nais­sance, ses parents apprennent qu’elle est atteinte de surdité à 80 %. Elle a une soeur aînée, Violaine. Sa mère, Hélène, souhaite que sa fille gran­disse comme les autres petites filles, et découvre une méthode de réédu­ca­tion ortho­pho­nique, le LPC (Langage Parlé Complété). Avec l’aide d’une ortho­pho­niste, Sophie apprend à lire sur les lèvres pour comprendre son entou­rage et travaille son élocu­tion. Elle suit une scola­rité clas­sique avec des cours parti­cu­liers en paral­lèle pour l’aider à faire ses devoirs. A l’adoles­cence, la jeune fille ressent néan­moins le besoin de rencon­trer des jeunes qui partagent son handi­cap, et s’inscrit à la Maison des sourds de Haute-Vienne. Elle commence alors l’appren­tis­sage du langage des signes.

L’année de son bac profes­sion­nel en comp­ta­bi­lité, elle est repé­rée par un photo­graphe qui l’encou­rage à passer des concours de beauté.
En février 2006, elle décide de tenter sa chance à l’élec­tion de Miss Limoges. Sa silhouette gracile et son joli minois font le reste ; elle termine 1ère Dauphine. Quelques mois plus tard, elle décroche le titre de Miss Limou­sin qui lui ouvre les portes du concours natio­nal. Elle devient la deuxième miss atteinte de surdité à se présen­ter à la finale de l’élec­tion après Stépha­nie Pouchoy en 1995. Le 9 décembre 2006, devant plus de onze millions de télé­spec­ta­teurs qui suivent l’élec­tion sur TF1, elle est élue 1ère Dauphine de Rachel Legrain-Trapani, Miss France 2007.

Jeune femme déter­mi­née et enga­gée, Sophie Vouze­laud met à profit cette média­ti­sa­tion pour mener son combat en faveur des malen­ten­dants, dont elle est deve­nue la porte-parole. Elle est notam­ment marraine de la Fédé­ra­tion natio­nale des sourds de France, et de l’élec­tion de Miss France Sourde. Elle est l’auteur d’un ouvrage publié en 2008 ; Miss et sourde ! Elle n’hésite pas à parti­ci­per à de nombreuses émis­sions (Fort Boyard en 2009, Un dîner presque parfait en 2011) pour sensi­bi­li­ser le public à la néces­sité de sous-titrer les programmes télé­vi­sés. En octobre 2015, elle relève le défi de parti­ci­per à l’émis­sion Danse avec les stars sur TF1.

Côté coeur, Sophie Vouze­laud a été en couple avec Davy, rencon­tré au collège, de 2005 à 2011.

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *